<!-- --><style type="text/css">@import url(https://www.blogger.com/static/v1/v-css/navbar/3334278262-classic.css); div.b-mobile {display:none;} </style> </head><body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d30607781\x26blogName\x3dSuperpowers+rely+in+the+ties\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://urileye.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3den_GB\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://urileye.blogspot.com/\x26vt\x3d6520492152046469444', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

Laisse tomber le dôme

Wednesday, September 19, 2007


T'imagines, habiter dans la nature, dans une petite cabane de branches. Tu t'ouvres les yeux et tu remarques des traits de lumière à travers les fentes irrégulières des "murs". Et tu respires, longuement, profondément et tranquillement tu sens la fraîcheur des feuilles qui eux aussi, transforment le soleil en rayons. Tu souris parce que tu as hâte de sortir de ta petite cabane.

La vie, ça se passe dehors. La cabane, c’est pour protéger la peau et les rêves. Alors, de la semi-noirceur d’un abri de branches, tu émerges dans la demi-lumière de la forêt. Avec ton corps athlétique, car c’est l’exercice physique que te permets de te nourrir, tu débutes ta marche. Pendant la journée, tu cours, tu escalades, tu plonges et si tu es futé, tu manges. Et ce que tu manges, tu le mange comme tu le veux, où tu le veux et quand tu le veux.

Lorsque tu reviens à la maison, le soleil revient à la terre. Tu reconnais les arbres, les pierres et même la mousse verte qui indique le nord. Et même si tes yeux se sont habitués aux ombres qui grandissent pour enfin en former qu’une, tu cherches la chaleur du feu. Pendant quelques instants ou moments, les flammes t’illuminent et te racontent la beauté de la journée. Tu te retrouves ensuite sous ton toit à regarder les étoiles et longuement, profondément et tranquillement tu hantes les branches.

Les matins suivants se suivent comme un train. Des fois tu souris à l’aube, des fois tu te mords la langue.

posted by Primessa Espiritu
1:58 pm



Powered by Blogger All posts copyright © 2007-2013 Primessa Espiritu